Livre (format e-book)

Chronique d’un effondrement annoncé

5,00

Chaque semaine depuis mai 2019, Vincent Meyer met en scène les dérèglements et l’aveuglement de notre société. Avec un regard décalé et une ironie mordante.

L’actualité et la vie quotidienne regorgent de symptômes inquiétants : malbouffe, pollution, disparition de la biodiversité, canicules et sécheresse, incendies, épidémie, tension sociale... Il y a urgence à relocaliser et à solidariser. Pourquoi avons-nous tant de mal à changer nos habitudes et à amorcer la transition ? La pandémie mondiale de coronavirus donne aujourd'hui une résonance nouvelle à ces textes. Ils forment la chronique d’un effondrement annoncé, qui pointe la progression insidieuse du mal, souligne nos contradictions et la vanité des réponses institutionnelles. Les lire, ou relire, sous cet angle est passionnant. D’autant qu’il en émerge des pistes vertueuses pour bâtir le monde d’après…

Fichier téléchargeable pour liseuse au format e-pub.

Voilà un livre salutaire pour une période difficile ! Aussi loin de la nostalgie pleurnicheuse du passé que de la confiance aveugle dans le futur, il nous ouvre aux contradictions du présent. Et c’est en cela, précisément, qu’il suscite la réflexion, qu’il dégage la pensée des lieux communs et des caricatures dans lesquelles elle s’enferme si souvent. Vincent Meyer est, en effet, un pessimiste confiant : pessimiste, parce qu’il débusque, y compris à travers les situations apparemment les plus anecdotiques, les terribles défis auxquels nous devons faire face, confiant, parce qu’il croit en l’intelligence humaine, à notre formidable capacité à activer les solidarités plutôt que de nous anéantir dans les concurrences mortifères. Mais ce qui rend ses textes encore plus précieux, c’est son regard décalé et, pour tout dire, son profond humour : il ignore tout de l’ironie méchante comme de la dérision destructrice et il sait aussi que rien n’est plus insupportable que le sérieux pontifiant. Alors, il avance sur une ligne de crête, conjuguant la distance et la tendresse, le recul et l’empathie. C’est qu’il aime les êtres et le monde et que c’est, avant tout, un profond humaniste. De cet humanisme exigeant et modeste à la fois dont nous avons tant besoin aujourd’hui pour panser notre présent douloureux et penser un futur plus lumineux…
Philippe Meirieu

Philippe Meirieu

Préface

0